Fixer

Producteur : nulut
Vocal : flower
Romanisation : Hazuki no Yume
Traduction : Mukuro
.


.
Lyrics :
.
kyou made no kioku no zenbu o keshite shimau toki made nemurenai
ashita kara ikite iku jibun no migawari ga hoshikute tamaranai
daijoubu to iwasete ato kara kimi no sei ni sasete wa kurenai ka
imasara imi nai kara ato kara kimi no sei ni sasete wa kurenai ka
.
dekinai yakusoku o
toutou to afureru hitokoto hitokoto bakari ni nou o ubawareru kurai
imi o nasenai nanimo dekinai
mienai nigetai tobitai yametai sorasenai
.
dakara
shizume shizume
haiagarenai hodo made
akiru made
otose otose
sukui tarasu toki made
.
uso aji no tsubutsubu o nodo kara shimedashita himei goto kamikudaku
egao ga heta na bakka de shitta yō na kuchiburi ni sotte yarisugosu
naritakunakatta
.
kyou yaku tatsu nemutai nemutai risou de sukuwareru koto o matsu
ichibanme wa “i” no kuchi de iu
chikarazuyoku tsuyoku tsuyoku kamishimete
.
shinde shimae shimae
kono saki mo kako mo shirazu
kirai nara
kowase kowase
douse nara kagaisha ni nareba ii
.
tabekirenai iradachi mo nanimo umanai kanashimi mo
ajikenakute hakidasu mae ni mou tsugi o utae
.
douse nara
odori odore
haiiro ni narikiru mae ni uchinarase
kaware kaware
nemuriochiru toki made
.
douse nara
ubae ubae
kainarashita uso abaite
nietagiru atama ni yogitta kyozou o mite ita
.
jibun o mite ita
.


.
Traduction :
.
Je ne peux pas dormir tant que les souvenirs que j’ai jusqu’à aujourd’hui ne sont pas effacés.
C’est insupportable, comme j’aimerai avoir quelqu’un pour vivre à ma place à partir de demain.
Laisse-moi te dire que tout ira bien. Me laisseras-tu te blâmer pour tout ça plus tard ?
Puisque plus rien n’a de sens désormais, me laisseras-tu te blâmer pour tout ça plus tard ?
.
Toutes ces promesses que je ne peux réaliser…
Je ne peux pas leur donner de sens ni en faire quelque chose, au détriment de laisser mon cerveau être pris
par chacun des mots qui inondent mon esprit.
Je ne peux pas voir. Je veux fuir. Je veux sauter. Je veux arrêter. Je ne peux pas l’éviter.
.
C’est pourquoi…
Laisse-moi couler, laisse-moi couler,
jusqu’à ce que je ne puisse plus ramper.
Et jusqu’à ce que tu sois lassé,
laisse-moi tomber, laisse-moi tomber,
jusqu’à ce que tu mettes le salut sous mon nez.
.
Je réduis en morceaux chaque miette de mensonge, en les accompagnant des cris bloqués dans ma gorge.
J’ai du mal à garder le sourire, je fais passer le temps en prétendant tout savoir.
Je ne veux pas sortir comme ça.
.
Aujourd’hui je m’accroche à mon idéal somnolent de devenir utile pour une fois, alors que j’attends d’être sauvé.
Pour le premier, dis-le avec un de mes sourires jusqu’aux oreilles.
Mordant mes lèvres avec toute la force que je trouve en moi.
.
Meurs, allez, fais-le,
sans te soucier du passé ou de l’avenir.
Si je n’aime pas ça,
Détruis tout, anéantis tout.
On pourrait juste devenir des agresseurs aussi.
.
Mets-toi d’abord à chanter le suivant, avant que je ne doive cracher
cette irritation insipide qui est bien plus que ce que je peux avaler et la tristesse dont plus rien ne sort.
.
Je pourrais tout aussi bien
rentrer dans la danse.
Laisse-le retentir, avant que je ne sois complètement teint de cette couleur cendreuse.
Change, change,
jusqu’à ce que j’arrive à trouver le sommeil.
.
Je pourrais tout aussi bien
l’arracher, l’arracher,
exposer tous les mensonges que j’ai su apprivoiser.
Je regardais une fausse image qui virevoltait dans mon esprit fiévreux.
.
Je me regardais moi-même.
.


.
Interlude :
.
Mon père a six jambes.
En revanche, ma mère a deux jambes.
Et donc, en temps normal,
ils auraient donner naissance à un fils avec 6 × 2 = 12 jambes,
mais en prenant le nourrisson, la sage-femme pressa le moins à la place de la touche de multiplication sur la calculatrice,
et par conséquent, je suis né avec quatre jambes.
.
Je ne ressemble à aucun de mes parents.
Puisque je n’ai ni cheveux ni queue,
Le quatrième compteur
.
Le fait que je sois très faible
m’est répété de très nombreuses fois.
Je ne peux même pas faire d’effort
pour résoudre ce problème.
J’essaye de me consoler en jouant à des jeux, mais je ne suis jamais très longtemps à la hauteur.
C’est aussi douloureux
d’entendre des sons.
Quand je vais dans des endroits où il y a d’autres gens, je dois en quelque sorte saisir le bord de mes pantalons avec ma main droite
C’était censé échouer
mais
j’ai fait effacer mon temps vide,
et j’ai confié ma vie
.
rien, mais de temps en temps, je me noierais.
est impossible, et je manquerais d’air.
.
Je veux juste
mener une vie tranquille,
mais il n’y a rien qui en permettrait la probabilité,
mais j’espère qu’il y a quelque chose comme ça quelque part.
.
il se leva après m’avoir écouté. Le docteur, qui éleva la voix, me regarda avec une répugnance non dissimulée. Je peux deviner l’effort qu’il fait pour voir autant de patients chaque jour
je m’assis et lui fis face. Sans attendre qu’il me demande : “Pourquoi êtes-vous venu me voir aujourd’hui ?”, je commençai à lui parler de moi.
c’est ce que je veux faire.”
n’est pas ce que je veux. J’aurai préféré devenir une jolie fille et espérer devenir une idol, ou un beau gars et espérer devenir l’escort boy numéro un, mais
à ce moment, je regardai le docteur dans les yeux. Comme auparavant, il me regardait avec une totale indifférence. C’était comme s’il ne me regardait pas moi, mais quelque part d’autre, au loin.
J’étais le seul que ça bouleversait. Le docteur continua.
« Je vais te prescrire ce médicament. Il n’y a pas d’effets secondaires. Alors, s’il vous plaît, prenez soin de vous. »
C’était tout ce qu’il a dit. Après un moment, je ne pouvais plus le supporter, alors je l’ai salué et j’ai quitté la pièce. L’amicale infirmière avait déjà mon facture de prête.
En la recevant, je suis rentré à la maison. Celui que j’étais allé voir était un psychiatre. Je pensais que je partirai pou un endroit meilleur, avant qu’il ne détermine que mes désirs étaient la maladie de mon esprit.
Avec le soleil qui m’éclaire, j’ai été couvert d’insultes injustifiées de la part des enfants du voisinage : “Iiiidiot !” “Retardé !” “Casse-toi de là, déchet !”
Alors que je me fredonnais un petit air à moi-même, j’ai basculé mon sac, et un morceau de papier coloré tomba du sac de prescription que j’ai eu un peu plus tôt.
vous ne comprendriez pas même en lisant, alors je passerai les détails, mais apparemment, je vais perdre ma peau. Ma peau va commencer à se retirer de mon dos, et depuis l’intérieur, une nouvelle peau va
.
Dans le but de vivre, nous devons manger.
Dans le but
de manger,
nous devons avoir de l’argent.
Que faire pour avoir de l’argent..?
Nous devons être utile aux autres.
.
Parfois, j’oublie comment je fais
pour
respirer,
et puis je m’en souviens,
et j’oublie
de prendre des notes
sur la façon dont on respire,
et ensuite je continuerai à vivre comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, et ensuite, je me noierai à nouveau dans ce que j’ai oublié.
.
Je ne peux plus bouger.
.
à cause de ça,
je ne peux rien faire.
Je veux juste être capable de faire quelque chose.
.
Parce que
je
détestais
me noyer,
.
Si possible, je veux xxx yyy
.
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
Le quatrième compteur
était l’endroit où je voulais consulter, mais la personne chargée de ce compteur ne respire pas, alors je ne savais pas.
.
Je suis plutôt
maladroit,
et mon cerveau n’est pas non plus si génial, alors
je suis plutôt
maladroit,
et mon cerveau n’est pas non plus si génial, alors
je suis plutôt
maladroit,
et mon cerveau n’est pas non plus si génial, alors
je suis plutôt
maladroit,
et mon cerveau n’est pas non plus si génial, alors
je suis plutôt
maladroit,
et mon cerveau n’est pas non plus si génial, alors
je suis plutôt
maladroit,
et mon cerveau n’est pas non plus si génial, alors
.
« un véritable produit, mais tu peux avoir ça, » a dit la personne qui en était chargée,
j’ai reçu une queue jaune.
.
Rien.
.
Je suis un peu bizarre, mais xxx est yyy. De temps en temps, je zzz.
.
À partir de demain, je visiterai sûrement le cinquième compteur.
L’endroit où je vis
va aussi passer de la ville à la forêt.
Je vais aussi arrêter de porter des vêtements,
arrêter de parler, et à la place,
.
Je pleurerai
.
le son d’un renard.
.
Ce n’est pas comme si
Ce n’est pas comm si
Je suis un saint
Alors
je ne veux pas vraiment être utile aux autres.
Si je peux être utile, alors je serai utile,
mais après tout, je veux simplement vivre.
.
Je suis sûr que j’oublierai tout à propos de ça, aussi, après un moment.
La seule chose que j’ai réalisée après être allé au-delà du sol
c’est que je ne suis pas humain.
Ainsi, j’ai arrêté de me noyer,
mais cette autobiographie
.
va
un
jour
.
Dans le but
de vivre
nous
devons manger.
c’est pourquoi je pensais que je voulais être utile
aux autres.
.
ça entraîne automatiquement à une épopée… C’est ce pour quoi je prie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s